Déplacement en République Tchèque

Pour cette fin de saison, Trot’in Lyon a fait le déplacement en république Tchèque pour la dernière manche de l’année de l’Eurocup. Les deux frères Quiniou avaient en tête de chacun remporter la coupe dans leur catégorie, à savoir pupille pour Pierre-Emmanuel et cadet pour Jean-Charles.

Après un voyage en deux étapes et une halte touristique à Prague, l’arrivée à Liberec s’est faite dans la chaleur du climat continental. 35°C pas de vent. Le paysage est sigulier, des faibles vallons et quelques monts culminants à 1000m. Au sommet du plus une construction conique, c’est le Jested, que nous monterons dimanche matin. Pas commun comme format de course pour une eurocup, les tchèques ont organisés une course de côte.

Samedi

Nous trouvons enfin le circuit, merci tom-tom. C’est un tracé sur une piste qui semble vallonné. Après avoir fait un peu le tour des partcipants, nous faisons l’état de la concurrence. Déjà, pas de chance pour Jean-Charles, sont adversaire direct, florian kuppenbender (GER) est là, même si au classement il est derrière, avec la règle des 7 sur 11, si il gagne jc ne pourra pas se refaire.
Pour Pierre-Emmanuel, l’organisation locale, très légère mettra un temps considérable à définir quelle distance devra être faite. Finalement se sera un sprint de 800m.

La découverte du circuit est une surprise, long de plus de 3km, ce n’est qu’une succession de montée et de descentes techniques. Il doit y avoir en tout 300m de plat, il faut donc relancer à tout va et il est très difficile de trouver un rythme, c’est vraiment un tracé parfait pour les tchèques qui sont pour la plupart des skieurs semi-pro et qui donc retrouve ainsi leur format favori.

Dès le départ, la course prend une dimension différente des autres manches. Les rouleurs habituels sont déposés par des tchèques surpuissants et particulièrement à l’aise. Ladislav Provod (CZE) et richard Jisl (CZE), forment rapidement un couple qui prend régulièrement des roues d’avance. Jasper Stringa (NED) ne peut pas suivre le rythme et explose littéralement dans les montées à 12%. Sa trot carbone en 2×700 montre ses limites dans les virages serrés abordés à près de 50km/h. Ce sera finalement rené koenig (NED) qui sera le néerlandais le plus rapide, lui aussi sur une 2×700 mais en alu de la marque effendi.

Les conditions météorologiques ce seront dégradées tout au long de la course Nous perdront ainsi 10°C pendant la course. La pluie battante qui arrivera par la suite découragera un bon nombre de participant pour le relais. Le sprint lui, sera tout bonnement annulé.

Dimanche – course de côte

Il ne pleut pas pour ce départ, mais nous ne voyons pas l’arrivée à cause des nuages accrochés sur le Jested. Je (christophe) prendrai le départ avec les deux jeunes. Pour la première fois, nous ferons la même distance en course. Pierre-Emmanuel n’a pour l’instant jamais fait d’ascension et je suis plutot inquiet.

Le départ est ultra-rapide, et le lent défilé de la montée s’organise. Jean-charles est bien parti, bien devant l’allemand. Finallement, chacun trouve son rythme. Là encore, les différences se font moins grandes. Alors que sur le plat je dépose certaines féminines, en montée, leur vélocité fait que j’ai du mal à suivre, il faut finallement attendre 4 ou 5 km pour que j’arrive à remonter un peu.
J’arrive en 34 mn en haut, le premier à mis 23 min. Je redescends immédiatement pour accompagner les jeunes que je pense à l’agonie. Surprise, ils ne sont qu’à quelques minutes derrière moi!!!

Résultats, je termine cette eurocup à l’image de la saison, dans la deuxième moitié du tableau.
Pierre-Emmanuel finit premier de l’officieux classement des pupilles
Jean-Charles second des cadets.

Pour l’année prochaine, nous espérons avons de nouvelles recrues pour défendre les couleurs françaises et celles du trot’in lyon, non seulement pour l’eurocup, mais également pour les championnats du monde en Allemagne.

Dew